Les Cosaques du Bandolou

Forum relatant la vie et les péripéties des cosaques du Bandolou
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le personnel de l'artillerie de Gribeauval à la Révolution

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alex
Hetman Adminov
avatar

Messages : 118
Date d'inscription : 13/04/2008
Age : 31
Localisation : Draguignan

MessageSujet: Le personnel de l'artillerie de Gribeauval à la Révolution   Dim 25 Mai - 9:48

1765. - Sur la proposition de M. de Gribeauval, le Corps Royal fut completement réorganisé par une ordonnance du roi, en date du 13 aout 1765.

Les septs brigades du Corps Royal étaient converties en un pareil nombre de régiments portant le nom des villes ou ils avaient leurs écoles : régiments du Corps Royal de l'artillerie de La Fère, Metz, Besançon, Grenoble, Strasbourg, Auxonne et Toul.

Chaque régiment comprenait deux bataillons de cannoniers et de sapeurs et quatres compagnies de bombardiers.

Chaque bataillon éait divisé en deux brigade, l'une de quatre compagnies de cannoniers, l'autre de trois compagnies de cannoniers et d'une de sapeurs. Les quatres compagnies de bombardiers formaient une cinquième brigade.

Chaque compagnie était divisée en quatre escouades commandées par un sergent.

Dans chaque brigade était crée un chef de brigade de grade équivalent à celui de major.

L'etat major du régiment comprenait : 1 colonel, 1 lieutenant colonel, 5 chefs de brigade, 1 major, 1 aide major, 2 sous aides major, 1 quartier maitre, 1 trésorier, 1 tambour major, 1 aumonier et 1 chirurgien.

Dans chaque compagnie, le lieutenant en second provenant du corps des sergents remplissait les fonctions de garcon major pour seconder le major et les sous aides majors.
Le grade de chef de brigade et de major était supérieur à celui de capitaine. Les 7 plus anciens chefs de brigade ou majors jouissaient des prérogatives du grade de lieutenant colonel tout en remplissant leurs propres fonctions.

Les capitaines en second et les lieutenants concouraient entre eux dans le meme régiment pour l'avancement. Les autres officiers roulaient dans tous le corps.

_________________
Timidi mater non flet ( la mère d'un lache ne pleure pas !)
Veridias odium parit ( la vérité est toujours bonne à dire )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cosaquebandolou.warsforum.com
 
Le personnel de l'artillerie de Gribeauval à la Révolution
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Puce/transpondeur personnel AMBrc vraiment pas chers
» Artillerie lourde ...
» Projet personnel
» Coach personnel
» Déviation Explosion et Artillerie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Cosaques du Bandolou :: La vie du club :: Discussions historiques-
Sauter vers: